Appel à souscription – Monique Goullet, « L’hagiographie est un genre introuvable. Études d’hagiographie latine (VIe-XIe s.) » réunies par Fernand Peloux, avec la collaboration de Michèle Gaillard

Bulletin de souscription : ici

(Note : il est finalement possible de souscrire par virement bancaire, pour les collègues qui n’ont pas de chéquier. Pour ce faire, il faut procéder au virement sur le compte dont les coordonnées sont indiquées dans le RIB ci-joint et il faut envoyer par courrier le bon détachable en y joignant la référence ou la preuve du virement bancaire ; contact par courriel au besoin : fernand.peloux@univ-tlse2.fr).

Cet ouvrage rassemble sous forme d’hommage onze articles écrits par Monique Goullet, choisis dans une bibliographie foisonnante. Latiniste renommée, Monique Goullet a consacré sa carrière scientifique à la littérature hagiographique du Moyen Âge qu’elle a contribué à rendre plus intelligible aux historiens. Après sa thèse sur le théâtre hagiographique de Hrosvita de Gandersheim, elle a édité et traduit de nombreux textes et a beaucoup œuvré, aux côtés de Michel Parisse, pour la défense et l’enseignement du latin médiéval à l’université. En 2005, elle a publié un ouvrage devenu classique, intitulé Écriture et réécriture hagiographiques : essai sur les réécritures de Vies de saints dans l’Occident latin médiéval (VIIIe-XIIIe s.), et elle a animé plusieurs recherches collectives et internationales. Parmi elles, la première étude et édition d’un des rares manuscrits hagiographiques du haut Moyen Âge conservés, le Légendier de Turin (2014).

Les textes rassemblés ici sont représentatifs des grands chantiers scientifiques qu’elle a ouverts, à l’intersection de la philologie et de l’histoire : ils interrogent d’abord les liens entre l’hagiographie, le théâtre et la poésie latines; ils permettent d’explorer l’hagiographie de l’espace lorrain au Moyen Âge central ; ils rappellent l’inscription de cette littérature dans un réseau intertextuel particulièrement dense. Enfin, ils invitent à une reprise ab ovo de la culture hagiographique mérovingienne, en étudiant les premiers manuscrits hagiographiques conservés en Occident. Tous témoignent de la richesse, de la rigueur et de la générosité avec lesquelles ces recherches ont été conduites ces trente dernières années.

Table des matières :

Introduction

Fernand Peloux

Bibliographie de Monique Goullet

Table des matières

Partie 1. Théâtre, poésie et hagiographie

Les Drames de Hrosvita de Gandersheim : une réécriture dramatique de récits hagiographiques. Poésie hagiographique et didactique de la poésie

Partie 2. Hagiographie lotharingienne

Adson hagiographe
La Vie de Léon IX par le Pseudo-Wibert : un clair-obscur hagiographique
La Vie d’Adelphe de Metz par Werinharius : une réécriture polémique ?

Partie 3. Topique hagiographique

Les catalogues de vertus dans les textes hagiographiques : entre topique et histoire Réécritures médiévales des miracles évangéliques
Quelle autorité pour une réécriture hagiographique ?

Partie 4. Hagiographie mérovingienne et premiers légendiers latins

Qu’est-ce qu’un texte hagiographique mérovingien ?
Conversion et passion d’Afra d’Augsbourg : réouverture du dossier et édition synoptique des versions longues et brèves
Les premiers légendiers latins et l’héritage grec

Indices
Tabula gratulatoria

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Publications. Ajoutez ce permalien à vos favoris.