Offres d’emplois – Ingénieur-e-s d’études en analyses des manuscrits médiévaux

Offre emploi – 2 CDD 7 mois : Ingénieur-e d’études analyses des manuscrits médiévaux latins et français, projet ECMEN (Ecriture médiévale et outils numériques).

Offre d’emploi n° 1 : Ingénieur-e d’études en analyses des manuscrits médiévaux français (H/F)
Offre d’emploi n° 2 : Ingénieur-e d’études en analyses des manuscrits médiévaux latins et français (H/F)

logo_irht_gris_accroche

Présentation du projet :

Financé par la Ville de Paris dans le cadre de l’appel à projets « EMERGENCE(S) 2014 — Sciences Humaines », le projet ECMEN – Écritures médiévales et outils numériques a commencé en 2015 et durera jusqu’en 2019. À la section de Paléographie latine, il est mené par Katja Monier, sous la direction de Dominique Stutzmann et est en lien avec le projet Succès des textes (base FAMA).

À la rencontre d’enjeux épistémologiques, scientifiques, technologiques et industriels, ECMEN analyse l’évolution écritures du Moyen Âge, latines et vernaculaires, du XIIe au XVe s., pour en comprendre les facteurs d’évolution et éclairer les modes de production et de communication du Moyen Âge. S’inscrivant dans le champ des humanités numériques et avec une démarche transdisciplinaire, ECMEN exploite et développe les outils d’analyse d’image par ordinateur et crée de nouvelles questions pour de nouveaux outils. Le premier volet de la nouvelle stratégie scientifique consiste en la définition d’un corpus représentatif de la production écrite médiévale, en tenant compte des différents facteurs qui peuvent l’influencer (chronologie, géographie, contexte de production, matérialité et codicologie, typologie textuelle et langue). Un second volet de la recherche est l’analyse des écritures, qui se fonde sur le corpus de référence et aboutit à la création d’une ontologie des signes et aboutit à une meilleure compréhension des liens entre écriture, typologie textuelle et réception des œuvres. Utilisant un format interopérable et pérenne (XML-TEI), ECMEN contribue à développer des logiciels d’analyse d’image. Le corpus et les outils nouveaux devront répondre aux besoins des linguistes, historiens des écritures et de la communication, mais aussi des chercheurs industriels en reconnaissance des écritures.

A propos RMBLF

Réseau des médiévistes belges de langue française
Cet article a été publié dans Offre d'emploi. Ajoutez ce permalien à vos favoris.